L’agriculture en marche… Mais quel avenir pour l’agriculteur boiteux ?

le Off 2016

Cette année encore le Groupe local de réflexion propose son débat « Off » en marge des Controverses européennes de Marciac. Le vendredi 28 juillet, à partir de 20h30 et jusqu’à la tombée de la nuit, ils prennent possession du site pour un débat débridé, ouvert à tous. Le thème de cette année : « L’agriculture en marche… Mais quel avenir pour l’agriculteur boiteux ? »
Face à l’éclatement des modèles agricoles, entre agriculture de firme, ferme des 1000 vaches, microfermes et exploitation familiale, ce débat cherche à s’interroger sur ce que sera demain le métier d’agriculteur. Une interrogation d’autant plus forte qu’elle survient dans un contexte précis : la création du registre des actifs agricoles et avec lui, la définition du statut d’agriculteur. Qui pourra demain prétendre à ce titre ?

Vendredi 28 juillet, à partir de 20h30
Chapiteau des Controverses européennes de Marciac

Allée des platanes, chemin de ronde, Marciac (32230).
Ouvert à tous.

One thought on “L’agriculture en marche… Mais quel avenir pour l’agriculteur boiteux ?

  1. YAN

    Point de Vue
    Les « Boiteux» de cette nouvelle économie ,telle est la question posée a Controverses le vendredi 28 juillet 2017 a Marciac; ou chacun cherche sa voie pour résister a la pression sur
    le marché de cette Nouvelle Économie!!! ouverte sur la Mondialisation qui nous oblige de tenir compte d’un Marché Ouvert et Non Faussé , car ce sont les consommateurs qui font la LOI pour s’approvisionner dans le monde entier au meilleur PRIX!!!! Et cela arrange une majorité de citoyens qui dépensent moins pour se nourrir ,En 1960 il fallait le quart du salaire en ce moment 15% suffisent et cela leur permet de profiter de d’autres besoins du moment « Ipad , Voitures ,Vacances ,Croisières» C’est le point de vue d’un ancien agriculteur qui a 86 ans , et qui a nourri avec sa famille les villageois affamés durant la guerre 1939-1945 ,A cette époque cela était possible il y avait 6000000 de petites fermes qui vivaient en autoconsommation en entretenant le paysage gratuitement et en produisant de la nourriture sans engrais ni pesticides pour en faire profiter les citadins en abondance Aujourd’hui cela est impossible ,il ne reste plus que 400000 entreprises aux normes les plus sévères en produisant avec les méthodes du moment comme les entreprises européennes Industriellement qui ne maîtrisent plus ni la transformation ni la distribution locale; avec une concurrence déloyale par rapport aux coûts de production avec les pays de la communauté ouverte sur la Mondialisation
    Voila ce que j’ai VU!!et peut être compris?? avec toute fois une crainte pour l’assurance de nôtre indépendance alimentaire pour l’avenir??? Danger!!!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *